Le Cephalotus Follicularis

Introduction :

Le cephalotus est une plante très étrange et particulière de part son piège en forme de cruche. Son type de piège est passif sans aucun mouvement. On la trouve à l’état sauvage seulement sur une petite partie du sud ouest de l’Australie (de la ville d’Augusta à la ville d’Albany).
Son piège  n’a pas atteint sa maturité à la fin de sa formation. En effet il existe des urnes jeunes et des urnes adultes :

Urne adulte

Urne juvénile

Urne adulte

Urne adulte

Les urnes adultes ont un péristome très développé. Cette plante produit également des feuilles sans piège :

Feuille classique

Il existe plusieurs variantes de cephalotus mais il n’existe qu’une seule espèce : le cephalotus follicularis ! Il se développe dans les marais tourbeux où l’eau s’écoule sous la surface.

Son climat idéal est de type méditerrannéen et la plante peut atteindre 60 cm de diamètre.

L’inflorescence porte des fleurs blanches, sans pétales !

Cette plante est plutôt difficile à cultiver et la voir se développer est la preuve d’une attention bien particulière.

Au même titre que le népenthès, l’opercule sert à protéger de l’eau de pluie en l’empêchant de rentrer pour ne pas diluer les enzymes digestives.

Les péristomes attirent les insectes grâce à leur odeur et à leur nectar sucré. Les proies ainsi enivrées tombent dans l’urne où des poils incurvés et des parois glissantes les empêchent de remonter.

Les couleurs du cephalotus peuvent différer en fonction de la lumière et de la température qui ne doit pas descendre en dessous de 2°Celsius.

Culture :

Le cephalotus est une plante très intéressante et capricieuse à croissance lente.
Le substrat doit être drainant, toujours humide sans être détrempé. C’est une plante qui n’a pas besoin de pause hivernale.
  • Température : 18°C à 35°C l’été et de 5°C à 15°C l’hiver.
  • Lumière : Zones ombragées avec une forte luminosité mais pas de plein soleil.
  • Arrosage : Faire en sorte que le substrat soit toujours humide.
  • Substrat idéal : 50% de tourbe, 10% de sable non calcaire, 30% de perlite et 10% de vermiculite.
  • Période de repos : Hiver mais pas vital.
  • Parasites et maladies : Pucerons et oïdium.
C’est  une des plantes carnivores les plus convoitées ! Sa culture reste tout de même un défi pour un débutant.
Ses racines sont sensibles, ne pas arroser tant qu’il reste de l’eau du précédent arrosage.
Partagez l'article ;)
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libres de recevoir gratuitement un extrait sur "les plantes médicinales" les plus courante !